Effraction de portes : les techniques et recommandations pour s’en défendre

Effraction de portes : les techniques et recommandations pour s’en défendre

Effraction de portes : les techniques et recommandations pour s’en défendre

Rentrer par la porte est une chose bien naturelle après une dure journée de labeur pour regagner son logis. D’ailleurs c’est une action tout aussi naturelle pour les cambrioleurs. Voie royale pour les malfaiteurs, la porte est le point à renforcer en priorité pour sécuriser au maximum votre habitat. Les principaux moyens pour l’ouvrir sans clef. La découpe ou le défoncement du panneau de porte, l’effraction du cylindre, l’effraction côté paumelles sont fréquents. Leffraction des points de verrouillage est parfois aisée. Ne pensez pas que la meilleure défense soit l’attaque. Bien au contraire. Mieux comprendre les modes d’effractions de portes courants vous permettra de mieux protéger votre maison.

L’ASSURANCE POUR VOUS PROTÉGER DES EFFRACTIONS

Chacun est libre de protéger son logement comme bon lui semble. Aucune loi n’empêche de laisser votre porte grande ouverte et d’y inviter tout type de personnes, volontairement ou non. A l’inverse, les assureurs sont rarement aussi souples. Surtout après une effraction. La garantie de vol souscrite dans un contrat multirisques habitation ne s’applique pas en cas de cambriolage. Donc il est impératif pour vous de respecter les moyens de protection requis par votre assureur. Aucun piège. Le minimum requis est toujours écrit en toutes lettres dans chaque contrat dans les conditions générales et particulières. D’une simple serrure au super-blindage avec serrure 5 points certifiée A2P, les moyens demandés se font en fonction du lieu à protéger. Bien évidemment, cela dépend du type d’habitation et du montant des objets de valeurs garantis.

EFFRACTION DE PORTES : EXPLICATIONS

Un trou dans votre porte, et pourtant aucune souris géante n’a été signalée dans les environs? Un trou d’homme a été réalisé pour entrer chez vous. Les portes non blindées ne présentent aucune résistance face à une masse ou une scie pleine de mauvaises intentions. Le malfaiteur n’a qu’à se glisser par le trou crée. Si il a de la chance, il trouvera un double des clefs pour ouvrir de manière plus classique la porte et repartir avec des choses plus volumineuses.

Vous faites parti de ces résidents qui ont malgré tout pris la précaution de poser sur votre porte à panneaux aux montants de bois massif une serrure à 3 ou 5 points et des cornières antipince. Malheureusement vous n’avez pas pensé à blinder le battant de la porte? Dommage. Les voleurs sont très malins. Il remarquent souvent ces détails et, d’un coup de pied violent, ils peuvent éjecter le panneau du bas pour s’introduire dans les lieux en toute facilité.

Il existe encore deux techniques permettant une effraction aisée si la porte s’ouvre de l’intérieur avec un ou plusieurs boutons. La première, si la porte est vitrée, se fait par la découpe ou, plus radicalement, la casse de la vitre avant d’introduire la main et tourner les boutons. Par contre, si la porte est en bois et n’est pas blindée, quelques secondes de découpe sont nécessaires pour passer la main. Le panneau de la porte à la hauteur des serrures ou verrous traversé, il suffit de tourner les boutons.

 

Face à ce genre de situations, les solutions possibles sont la pose d’un blindage plat. Un blindage pivot ou un super-blindage sont une possibilité. Ainsi il est possible de blinder sa porte en posant un bloc porte certifié A2P BP à la place de la porte d’origine. Pour les fragiles portes vitrée, poser un vitrage feuilleté et une grille de protection peu sembler être un détail. C’est la meilleure alternative à la vitre posée à nu. D’une manière générale, il sera toujours une bonne chose de choisir des serrures et verrous à double entrée fonctionnant avec la clef à l’intérieur ET à l’extérieur.

 

Autre techniques, autres problèmes. L’arrachage est une technique très courante. Elle est appliquée aux portes munies de cylindres qui dépassent à l’extérieur. Avec un simple outil adapté, le cambrioleur attrape le cylindre. Il est alors tourné de force jusqu’à ce qu’il casse. Dans certains cas, qu’il soit arraché de la porte. Tant de violence pour pouvoir glisser un crochet et ouvrir la porte!

Généralement, une opération pour malmener ou détruire le cylindre ne prend guère plus qu’une minute. Clef de chantier ou un crochet à l’appui. Ce mode d’intrusion est très courant, en particulier si la serrure est équipée d’un cylindre européen. La plupart des maisons neuves, appartements récents le sont. Vous avez une porte pleine en bois? La même technique est appliquée. La plaque extérieure qui n’est bien souvent pas blindée est cassée avant d’être arrachée. Le cylindre est fracturé puis arraché de force avec une pince à griffes. Les techniques d’attaque sont bien plus diversifiées encore. Certains tentent de percer le cylindre, de le scier ou de le tronçonner avant de déverrouiller le mécanisme de force.

Effraction de porte

D’AUTRES CONSEILS CONTRE LES EFFRACTIONS

Encore une fois, des solutions existent. Ouf. Les dévouées serrures A2P sont encore à l’honneur! A défaut, vous pouvez remplacer le cylindre par un modèle protégé contre le perçage et la casse ou poser une poignée blindée. Vous avez déjà une serrure multipoint que vous voulez renforce? Poser simplement un verrou de condamnation de tringle. Le minimum que vous puissiez faire pour parer le genre d’effraction mentionné plus haut est enfin de veiller à ce que le cylindre de votre porte ne dépasse pas à l’extérieur pour éviter de tenter encore plus un cambrioleur qui passerai par là … Le cylindre dépasse quant même, il n’y a rien à faire? Posez quand même une rosace de protection. Cela en dissuadera quand même plus d’un.

Aussi, sachez que les charnières, ou paumelles, sont une cible bien pratique pour les cambrioleurs, si votre porte est munie d’une serrure multipoint en théorie solide. De plus en plus courant sur les portes blindées en particulier de premières générations dotée de blindage plat. Les solutions possibles à adopter sont la pose de cornières antipinces. Les cornières de pivotement ou d’un bloc blindé certifié, encore une fois, A2P BP sont envisageables. Egalement pour les portes de services, poser en plus des serrures quelques barres de sécurité en métal transversales est tout aussi efficace.

 

Vous pouvez utiliser de nombreux outils pour vous défendre. D’ailleurs les cambrioleurs peuvent aussi avoir recours à tout un système d’outillage plus ou moins sophistiqué. Le classique pied de biche ou la pince monseigneur. Ils ont fait leurs preuves et peuvent s’insérer entre la porte et la structure annexe pour faire céder un à un des points de verrouillages. Effectivement, les points de verrouillages sont aussi vulnérables. Peu importe le nombre de points, les serrures encastrées sont très fragiles. Elles sont à déconseiller sauf si la porte est déjà blindée et munie d’une serrure encastrée A2P. Vous avez des pênes galets sur votre serrure? Il n’en sera que plus facile d’entrer chez vous sans demander la permission.

 

Dans le cas d’une porte à double vantail, une cornière antipince et un plat de battement central sont toujours utiles à poser. En effet les gâches peuvent être renforcées par de meilleures fixations, des soudure ou des brides de renforcement. Le bâti aussi peut être consolidé, par une cornière de métal vissée ou par un fer plat, lui aussi vissé.

Maintenant, les cambrioleurs peuvent toujours rêver de venir prendre le thé et repartir avec vos objets, cela ne restera qu’un rêve avec toutes les possibilités que vous avez de les mettre au chômage technique!